Ironman de Nice (et 70.3) : le parcours vélo en détails (photos et vidéos)

Par Pierre-Maxime BRANCHE et Sylvain PIGEAU. Photos : 3bikes.fr

C’est l’un des plus beaux parcours au monde du circuit Ironman. Et nous n’écrivons absolument pas cela par chauvinisme. Chaque année, les participants aux épreuves Ironman (environ 40) et Ironman 70.3 (plus de 100) du monde entier répondent au questionnaire envoyé par l’organisation sur la satisfaction générale, le déroulement de chaque discipline, la fête d’après-course, la destination ou encore le site d’accueil. Objectif : faire progresser les événements et offrir ainsi une expérience de course unique, ces classements donnant ensuite des idées de voyages et d’aventures aux triathlètes dans les plus belles destinations du monde.

Tout au long des 173 km du parcours, les paysages sont à couper le souffle. Exemple avec cette vue sur le village de Bouyon et les sommets du Mercantour au loin.

À ce petit jeu, les épreuves françaises (Nice, Vichy et Aix-en-Provence) se classent toujours aux premières places. En 2018, l’Ironman de Nice a obtenu le 3e meilleur score mondial dans la catégorie « satisfaction générale », derrière l’Ironman de Cairns en Australie et l’Ironman de Kalmar en Suède, et se positionne donc en deuxième position à l’échelon européen. Même chose pour son parcours vélo, classé 3e mondial derrière ces deux mêmes courses, mais dans l’ordre inverse. Quand on vous dit que l’Ironman de Nice est plébiscité ! Il faut reconnaître que le parcours tracé par Yves Cordier, directeur Ironman France, et ses équipes vaut le détour. Voici une présentation complète de cette boucle de 173 km.

Nous avons reconnu le parcours vélo de l’IM de Nice, sous un beau soleil du mois d’avril.

Mentaliser les 5 sections du parcours

On vient de l’écrire : le parcours vélo de l’Ironman France Nice ne fait QUE 173 km. Il manque donc 7 km pour atteindre le quota officiel de la mythique distance (3,8-180-42), mais ne vous inquiétez pas, cela se rattrape largement par le dénivelé positif de 2 095 m. Autant dire que vous en aurez quand même plein les pattes. Dans votre esprit, cette boucle unique peut se diviser en cinq grandes sections (que nous détaillons plus bas) :

1 – kms 0 à 20 : l’échauffement depuis la sortie du parc à vélos jusqu’au pied de Gattières, par la vallée du Var ;

2 – kms 20 à 70 : la partie montante de l’épreuve jusqu’au col de l’Ècre ;

3 – kms 70 à 125 : une section plus plate et vallonnée effectuée en altitude ;

4 – kms 125 à 155 : la descente qui annonce le retour ;

5 – kms 155 à 173 : le retour vers le parc à vélos via la vallée du Var empruntée le matin même.

À l’instar des coureurs du Tour de France qui scotchent le profil des étapes de montagne sur leur cadre, c’est une schématisation du parcours que vous pouvez au moins mentaliser pour aborder ce long périple.

En étant caustique, nous pourrions pousser un peu le bouchon en vous disant qu’une fois le col de l’Ècre atteint (km 70), c’est terminé pour le vélo ! Oui, on exagère beaucoup, mais il y a tout de même une idée derrière ça : à 1 120 m d’altitude, le col de l’Ècre est LE point de référence du parcours que vous devrez avoir en tête dès votre montée sur le vélo pour gérer votre effort (voir plus bas).

Le col de l’Ecre est le point stratégique de ce ce parcours.

Cette difficulté passée, le parcours devient largement plus favorable jusqu’à Nice avec de nombreuses portions de faux plat descendant ou de descentes qui vous permettront de prendre de la vitesse et de l’entretenir.

Optimisez les parties descendantes (en faux plat), comportant peu de virages, pour vous alimenter.

Ainsi, ce seront des moments rêvés pour vous alimenter sérieusement. Même si vous pouvez boire durant tout le parcours, vous devez aussi profiter des moments calmes pour manger. Optimisez les parties descendantes (en faux plat), comportant peu de virages, pour vous alimenter. Vous pouvez ainsi garder de la vitesse tout en relâchant la pression. Ces conditions sont également très propices à la détente, en vue des prochaines difficultés.

Les descentes de ce parcours vélo sont, en majorité, très peu techniques.

Deux freins tout de même à ces bonnes nouvelles après le col de l’Ècre : d’une part, quelques remontées (col de la Sine au km 80, côte de Saint-Pons au km 105, côte de Coursegoule au km 125 et côte du Broc au km 137) qui obligeront certains à remettre un coup de petit plateau même si elles ne proposent pas de pourcentages difficiles, mais l’accumulation des kilomètres faisant effet peu à peu ; d’autre part, Éole pourrait vous faire face sur toute la partie retour du parcours, depuis la descente qui mène à Gréolières.

LE ROAD-BOOK

Nice – Gattières (0-20)

La 1re rampe de 350 m qui monte vers Gattières va vous réveiller les cuisses !

Allez, il est aux alentours de 8h ou 8h30 et vous venez de vous avaler 3 800 m de natation en deux boucles dans la Baie des Anges. Avant de rejoindre votre emplacement vélo, prenez le temps de rester quelques secondes sous les douches disponibles juste après la sortie d’eau. Le but : vous nettoyer le visage et vous rincer la bouche de tout le sel accumulé durant cette partie natation. Vous y gagnerez en confort et éviterez de possibles irritations sur des zones de frottement (cou, aisselles) qui peuvent arriver sur les six, sept ou huit heures que vous allez passer en selle. Arrivé à votre emplacement, faites votre transition dans l’ordre et sans précipitation. Fermez la jugulaire de votre casque et poussez votre vélo jusqu’à la sortie du parc avant de monter dessus. Place au bike !

Cette première section est très abordable pour lancer votre course. Le départ à lieu sur la Promenade des Anglais jusqu’à l’aéroport de Nice, puis vous bifurquez à droite pour vous enfoncer dans la vallée du Var en direction de Gattières. Le matin, le vent est très souvent favorable ou de trois-quart dans le dos. Mettez-vous en jambes, mais surtout mentalisez votre parcours comme nous vous l’indiquions plus haut.

Autre point important : dans un souci de gestion, ayez à l’esprit que vous ne devez pas mettre un coup de pédale de trop jusqu’au col de l’Ècre situé 70 km plus loin. Vous n’êtes pas en route pour la gagne, les premiers sont déjà passés depuis longtemps. Perdre des forces ici, c’est s’assurer une fin de parcours difficile.

Pédalez en souplesse, soyez à l’écoute de vos sensations et ne vous emballez pas, d’autant plus si le vent est avec vous et que la vitesse augmente. Ne vous laissez pas berner.

C’est aussi le moment de vous alimenter. Vous serez restés plus d’une heure dans l’eau, sans boire ni manger. Profitez de cette période d’accalmie pour prendre le temps de faire le point sur votre alimentation, penser à votre plan énergétique. Favorisez le solide pour le moment.

 

 

 

 

Author: Pierre-Maxime Branche- 39 ans. - Journaliste professionnel depuis 2004 en presse sport spécialisée et information générale. - Pratiques sportives actuelles : triathlon & fitness. - Instagram : pierre_maxime_branche

Vous aimerez peut-être aussi

Un commentaire sur “Ironman de Nice (et 70.3) : le parcours vélo en détails (photos et vidéos)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :