Test de la veste Castelli Alpha Ros

Au-dessus du lot quand il s’agit de vêtements pour faire face aux éléments, Castelli invente le concept de veste « tout-en-un » ou presque avec l’Alpha RoS (comme Rain or Shine). Une veste d’hiver indispensable dans la garde robe du cycliste ou du triathlète sérieux.

Par Guillaume Judas – Photos : 3bikes.fr

L’Alpha RoS est une veste très technique, prévue pour les températures en dessous de 5°C, très bien coupée (entendez par là, assez fit et qui ne flotte pas au vent), et susceptible de vous protéger des projections d’eau ou même d’une pluie légère. Il ne s’agit pas complètement d’une veste imperméable. Mais d’ailleurs, en existe-t-il vraiment en cas de grosse averse ? Car si certains matériaux empêchent l’eau de traverser le vêtement, on finit toujours par être mouillé, soit par le contact des autres vêtements (le collant notamment) ou parce que l’eau pénètre par le cou.

Ce n’est pas ce que promet l’Alpha RoS, qui joue avant tout sur sa polyvalence. Elle n’est pas non plus la plus chaude de la gamme, mais elle est en revanche la plus sportive parmi les vestes de la marque italienne destinées à affronter les rigueurs hivernales. Bref, dès lors que vous roulez activement par des températures de -5 à +5°C, elle devient incontournable.

Le souci du détail

Comme souvent chez Castelli, ce sont les détails qui font la différence. L’Alpha RoS est construite en deux parties, avec une couche externe technique en Gore Windstopper 150 (protection contre le vent associée à une haute respirabilité et une protection efficace contre la pluie) et une doublure interne molletonnée autour du corps, un peu comme un gilet intérieur.

La veste s’enfile donc en fermant deux zips l’un sur l’autre, mais ceci présente un certain avantage sous certaines conditions, comme nous le verrons plus loin. Pour limiter au maximum les entrées d’humidité, on note la présence de coutures scellées sur les épaules, du zip extérieur étanche recouvert sur les deux-tiers par un rabat en Windstopper, d’un bord plat à la taille avec une bande et un logo Castelli siliconés pour une parfaite tenue de la veste au cours des mouvements, et de poignets longs avec également un bord plat pour une parfaite jonction avec les gants.

La couche extérieure est également doublée sur l’avant des bras. L’évacuation de l’humidité corporelle est assurée par une séparation de la couche en Windstopper, au niveau des épaules, pour une meilleure ventilation.

Le col remonte haut, son intérieur est molletonné pour le confort, et une couche supplémentaire en forme d’arc de cercle suit les mouvements de la nuque, afin de limiter les entrées d’air froid.

D’ailleurs, la veste Alpha RoS est surtout remarquable, comme la plupart des vêtements fit de Castelli, par sa coupe près du corps permise par des tissus étirables et une disposition adaptée à la position cycliste. Pas de poches zippées au dos, mais trois poches classiques agrémentées néanmoins de trois petits trous autour des petites bandes réfléchissantes, pour évacuer l’eau si besoin.

Pour le côté pratique en effet, mieux vaut avoir accès aux poches facilement si on porte des gants. Reste cependant une petite poche avec une fermeture sur l’avant de la veste, en bas à gauche, éventuellement pour y glisser une clé, une carte bancaire ou de la monnaie, bref, tout ce qu’il vaut mieux ne pas perdre sur la route.

Isolation de haut niveau

Ces deux couches superposées permettent déjà de réguler la chaleur dans une certaine mesure, et évitent ainsi le besoin de cumuler les couches sous la veste. Concrètement, un seul sous vêtement technique à manches longue suffit sous la veste la plupart du temps. Et pour ceux qui comptent s’en servir dans des conditions extrêmes, on peut imaginer ajouter un autre sous vêtement, à manches courtes par exemple. Mais compte tenu de la coupe ajustée, un maillot long en plus serait non seulement inconfortable, avec l’impression d’être engoncé sous la veste, mais surtout inutile.

En fermant les deux zips l’un sur l’autre, l’Alpha RoS est vraiment chaude, permettant d’évoluer confortablement autour de 0°C dès lors qu’on est un minimum actif. Avec une température supérieure, on peut même se sentir légèrement humide à l’intérieur, mais curieusement en cas d’arrêt sur le bord de la route, on ne frissonne pas à cause de ce qu’on pourrait appeler la sueur froide. La veste permet de retrouver un équilibre très rapidement, preuve de sa bonne gestion des échanges thermiques. Mais c’est bien sûr en jouant sur l’ouverture d’un des deux zips qu’on s’en sort le mieux à l’effort. Ceux qui ont trop chaud en roulant peuvent toujours ouvrir partiellement la doublure interne. Quant au zip externe, il est idéal à manipuler pour ventiler ou non dans le cas d’une longue ascension par exemple.

À l’épreuve de la pluie

Comme dit plus haut, l’Alpha RoS n’est pas étanche à 100 %, mais résiste très bien à de fréquentes petites pluies ou aux projections d’eau. Après une sortie de deux heures sous la bruine, rien n’a traversé. Et en cas de forte averse, la protection reste tout de même supérieure à la moyenne. La couche externe reste coupe vent, et la coupe près du corps limite au maximum les infiltrations d’air froid par le cou ou les manches. Bref, on finit par être mouillé, mais on tremble bien après les copains.

Enfin, nous apprécions ce coloris orange particulièrement voyant dans ces conditions de faible luminosité. C’est d’ailleurs un petit reproche que l’on peut faire à l’Alpha RoS (d’une autre couleur car disponible également en rouge, en noir ou en gris/bleu), c’est le peu de bandes réfléchissantes prévues, bien qu’ici ce ne soit pas un vrai problème.

Un prix en conséquence

Deux bémols à ce tableau presque idyllique : un poids un peu élevé avec 465 g en taille S, mais c’est la conséquence d’une construction en deux parties et d’une technicité remarquable, et enfin le prix. À 299,95 €, l’Alpha RoS n’est pas donnée, tout en restant toutefois au même niveau que de nombreuses vestes de la concurrence. Même si nous apprécions des vestes plus légères pour des conditions plus tempérées (un peu plus légères et moins chaudes), nous ne sommes pas loin de penser que l’Alpha RoS s’impose comme la première veste à acquérir pour celles et ceux qui commencent à s’équiper, en complément des tenues été bien sûr.

Nous arrivons cependant en fin de saison hivernale, et comme souvent chez Castelli les stocks ne sont pas illimités. N’hésitez donc pas à cocher l’Alpha RoS dans la liste de vos envies. C’est déjà un best seller.

CASTELLI ALPHA ROS JACKET
NOTE : ***** 

LES + : coupe, isolation, finition, concept en deux parties, polyvalence 

LES – : un peu chaude à partir de 5°C  

Partie principale : 100% polyester
Doublure interne
 (devant) : 90% polyester, 10% élasthanne
Doublure interne (dos) : 70% polyamide, 30% élasthanne
Col : 88% polyester, 12% élasthanne

Poignets : 72% polyamide, 28% élasthanne
Doublure poches :
100% Polyamide
Lavage : 30°C
Fabriquée en Moldavie

POIDS : 465 g en S

PRIX : 299,95 €

CONTACT : www.castelli-cycling.com

-> VOIR AUSSI : Tous nos tests Matos

 

 

Guillaume Judas

Guillaume Judas

- 48 ans. - Journaliste professionnel depuis 1992 - Coach / Accompagnement de la performance - Ancien coureur Elite - Pratiques sportives actuelles : route & allroad (un peu). - Strava : Guillaume Judas

Vous aimerez peut-être :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *